Le respect du bien-être animal a toujours été au centre de mes préoccupations personnelles et professionnelles. Je me suis toujours posée beaucoup de questions sur la place des animaux de compagnie dans notre société et sur comment concilier leurs besoins et nos attentes. Car bien souvent, on a tendance à penser avant tout à ce qu’on souhaite en acquérant un animal avant de penser à ce que l’on doit lui apporter. Hors un équilibre dans cette relation est primordiale pour le bien-être de chacun.

En tant que petsitter,j’ai à cœur de faire en sorte de m’adapter à chaque animal dont je m’occupe. A essayer d’identifier sa personnalité, ses goûts, sa façon de communiquer… Cela passe par un temps d’observation et d’analyse mais aussi en me renseignant auprès de ses humains. Le but est vraiment que l’animal vive au mieux les changements dans sa routine et l’absence de sa famille. Je propose toujours des activités (jeux, chasse aux croquettes…). Je rassure ceux qui sont plus stressés ou craintifs. Je leur laisse le temps de m’observer, de me sentir… Je peux parfois rester plusieurs visites assise par terre sans bouger le temps que ma présence soit accepter. Certain chat n’apprécie pas la présence d’intrus chez eux ou ne souhaite pas de contact. Il faut le respecter.

C’est aussi dans ce souci de bien-être que je ne prends plus en charge les chiens en visite à domicile ou sur une courte durée. Je le faisais au début, et je me suis retrouvée face à des chiens stressés et mal. Ce sont des animaux sociaux qui ont besoin de beaucoup de présence et de sorties régulières. J’estime ne pas pouvoir leur apporter ce dont ils ont besoin surtout en ayant d’autres contrats au même moment. J’ai eu des cas de chiens qui rongés les murs, qui refusaient de manger ou de sortir, qui étaient agressifs par peur ou qui étaient dans des situations contraire à mon éthique. Il y a beaucoup de cas de maltraitance involontaire. Où les gens ne réalisent pas à quel point leur chien est mal.

Concernant le comportement, j’ai mis du temps à me former dans ce domaine. J’ai toujours été attirée par ces métiers mais les méthodes utilisées me laissais perplexe. Les clubs d’éducation que j’ai fréquenté ou les articles que j’ai pu lire sur le sujet étaient tous accès sur un système hiérarchique et une relation de dominant/soumis. Je ne me sentais pas à l’aise avec ça. Du coup, je me suis longtemps dis que ce n’était pas pour moi. Et puis, j’ai fini par entendre d’autre façon de penser, plus basé sur la connaissance de l’animal, la compréhension de son comportement et le respect de son intégrité physique et psychologique. J’ai suivi des conférences qui m’ont passionné. J’ai lu des livres, des articles. Et j’ai fini par trouver la formation qui me convenait. C’est comme ça que je suis devenue comportementaliste canin et félin. J’essaie toujours de comprendre la situation dans son ensemble. Les chats comme les chiens ne font pas de « bêtises ». Ce sont des comportements naturels qui s’expriment de façon parfois inadaptés. Pourquoi ? Parce que c’est leur seul moyen de gérer leur stress et d’exprimer un certains mal-être. C’est bien souvent parce que certains de leur besoin ne sont pas comblés. Parce que oui avoir un animal est synonyme de responsabilité et que ça demande un certain effort et engagement. C’est accepter que tout ne soit pas toujours parfait, qu’il y ait des poils partout, que la maison soit sale les jours de pluie, qu’il y ait des traces de griffes à certains endroits, qu’un chiot/chaton fasse quelques dégâts, que l’éducation d’un chien puisse prendre du temps et qu’il ne soit pas exactement celui qu’on attendait…

Bref en tant que comportementaliste, je me définis comme une sorte de médiatrice entre les humains et l’animal. Je fais en sorte que les deux se comprennent pour cohabiter sereinement au quotidien. Avec moi pas d’outils coercitifs, pas de cris, pas d’utilisation de la force, pas de question de domination, on ne punit pas, on ne fait pas peur… Parce que nous sommes des espèces différentes. Nous communiquons différemment et ne voyons pas les choses de la même façon. Que la punition n’est pas comprise pareil par l’animal. Que c’est bien souvent ajouter du stress. Il est possible d’éduquer un chien sans contraintes. En le récompensant notamment. Il comprend vite ce qu’on attend de lui et qu’il a un intérêt à répondre positivement à nos demandes. Si les besoins de vos chats/chiens sont bien respectés, il y aura moins de souci. La confiance est primordiale et pour ça il faut respecter votre compagnon canin/félin, lui apporter ce dont il a besoin. Ce n’est pas toujours facile de comprendre le pourquoi et ça peut parfois demander du temps. Mais c’est normal !

Certaines idées perdurent et sont parfois difficile à contrer. Mais faire changer les mentalités et sensibiliser au bien-être fait aussi partie de mon travail.

Ma méthode de travail est donc accès sur la compréhension. Je continue de me former car on en apprend tous les jours. Notamment concernant les chats, l’étude de leur comportement est assez récente et leur mode de vie a beaucoup évolué ces dernières années.

Si vous souhaitez mieux comprendre votre animal, être sûre de lui apporter ce dont il a besoin et utiliser une méthode positive alors n’hésitez pas à faire appel à mes services !

Marie, AnimaLove6

Me contacter : animalove62@yahoo.com ; 06-13-84-15-53