deja-dingue-des-chiens

Ce weekend je  me suis rendue à une conférence sur le comportement canin. Au départ, j’appréhendais un peu de me perdre dans les notions un peu trop techniques ou de me retrouver face à des professionnels « arrogants » et voulant à tout prix se présenter comme les meilleurs, ceux qui savent mieux que les autres… Mais pas du tout ! Je me suis retrouvée face à des professionnels passionnés, ouverts et curieux. Des gens qui malgré leurs expertises et expériences ont toujours envie d’apprendre et d’évoluer. Des personnes qui ont vraiment à cœur de respecter le chien et son bien-être.

Beaucoup de problèmes comportementaux des chiens proviennent de notre relation avec eux, de la vie qu’on leur impose. Avec le développement des chiens de compagnie, on a tendance à se focaliser sur nos propres attentes vis-vis d’eux, en oubliant qui ils sont et quels sont leurs besoins. Au final, nous attendons de nos chiens qu’ils ne se comportent pas comme des chiens. Une sociologue présente au séminaire a d’ailleurs développé l’idée que « chien de compagnie » pouvait être considéré comme étant un travail pour le chien. Car la plupart du temps on lui demande de prendre sur lui, de ne pas se laisser aller à son comportement naturel, il doit continuellement s’adapter à nos attentes. Parce qu’entre notre vision du chien de compagnie et le comportement naturel du chien, il y a un vrai décalage ! Le chien aime se promener librement, flairer, découvrir, se rouler dans la boue, sur des charognes… Alors que nous attendons de lui qu’il soit calme, toujours à nos côtés, propre et on l’enferme…

La plupart d’entre nous craquent sur une race de chien pour son physique. Pourtant cela peut poser problème car il est important de se renseigner sur les caractéristiques du chien. Chaque race a été créée pour un rôle bien particulier et cela se ressent dans les besoins du chien. Par exemple un chien de berger ou de chasse aura besoin de beaucoup d’activités physiques et cognitives. Si on ne répond pas suffisamment à ses besoins il risque de développer des problèmes de comportement et un certains mal-être. Afin d’éviter ces problèmes, il est important de bien se renseigner sur les besoins du chien et de s’assurer qu’on peut lui offrir un environnement et des activités adaptés.

 

Cette conférence m’a vraiment passionnée. Il y a des professionnels qui se posent vraiment des questions sur le bien-être animal. Sur comment nos rapports à lui peuvent influencer son comportement. Se recentrer sur ce qu’est un chien, quels sont ces besoins autres que biologiques, qu’est que c’est qu’être un bon propriétaire ou un bon professionnel… Qu’il faut une pluralité d’experts pour bien comprendre une situation problématique. Il faut certes des connaissances en « chien » mais également en « humain ». Il faut prendre également prendre en compte le propriétaire. Son histoire et sa situation sont aussi importantes que celles du chien. Tout comme l’environnement. Il ne faut pas avoir des œillères et se concentrer que sur son domaine de compétence.

 

En sortant de cette conférence plusieurs questions se posent : Attendons-nous trop de nos chiens ? Leur impose-t-on trop de contraintes ?  Comment trouver un équilibre entre leur bien-être et  notre quotidien ? Déjà la première chose est de toujours garder en tête ce qu’est réellement, un chien et quels sont ses besoins spécifiques afin de lui offrir des moments où il peut redevenir totalement lui-même. Prendre le temps de l’observer et d’être à son écoute. Enfin, avant même l’adoption du chiot, bien réfléchir à nos attentes vis-à-vis de lui et les conditions de vie que l’on va lui offrir. Cela est également déterminant dans le choix de la race. Selon notre environnement, notre rythme de vie, le temps qu’on est prêt à lui consacrer le choix de la race ne sera pas le même. Certains chiens ont besoin de plus d’espace ou d’exercices que d’autres… Certaines races demandent un grand investissement en temps et en argent pour leur entretien… Il faut bien prendre en compte toutes ces questions pour faire le bon choix. Cela évitera déjà certains risques de comportement gênant. Car ils apparaissent souvent parce que l’environnement ou les conditions de vie ne correspondent pas aux besoins du chien ! Donc, ne vous focalisez pas que sur le physique de votre futur compagnon mais aussi et surtout sur les besoins spécifiques à sa race et assurez-vous bien de pouvoir répondre à ses besoins.

 

En bref, si on dit que le chien est le meilleur ami de l’Homme le contraire est-il exacte ? Il serait peut-être bon de revoir nos rapports à nos animaux de compagnie en nous concentrant sur leurs véritables besoins et non plus seulement sur nos propres attentes. Essayer de trouver un meilleur équilibre dans nos relations avec eux pour une vie meilleure au quotidien. C’est peut-être bien çà la clé du bonheur !